3DRaion Blog

Tchad : les imprimantes 3D d’un ingénieur INSA pour fabriquer des prothèses en plastique

Tchad : les imprimantes 3D d’un ingénieur INSA pour fabriquer des prothèses en plastique

31.08.2016.

Source: www.insa-lyon.fr

Réaliser une prothèse de main en plastique avec une imprimante 3D : c’est la démonstration qui a frappé les esprits lors d’un échange qui fait désormais date au Tchad.
L’aventure est formidable et n’aurait pas pu se dérouler sans le concours de Jean-Yves Champagne, enseignant-chercheur du Laboratoire de Mécanique des Fluides et d’Acoustique (LMFA) de l’INSA Lyon (Institut National des Sciences Appliquées Lyon)
.

C’est une véritable révolution technologique pour le Tchad. Dans le cadre des accords de coopération avec l’INSTA, Institut National des Sciences et Techniques d’Abéché, l’INSA Lyon a livré un plateau technique de 5 imprimantes 3D de la société 3D-Raion, imprimantes conceptualisées et commercialisées par un ingénieur diplômé INSA, Dai Trong NGUYEN.

Lorsque Jean-Yves Champagne découvre l’activité de son ancien thésard, il pense immédiatement à l’intérêt de ces imprimantes pour un pays africain qu’il connaît bien.

« Nous avons fêté les 30 ans de coopération entre l’INSA Lyon et le Tchad, une telle longévité dans des relations inter universitaire est exceptionnelle. Il me semblait intéressant que cette plate-forme soit implantée là-bas avec la curiosité de ce qui pouvait en résulter, sans en cadrer l’utilisation. Cela fait partie des choses qu’en tant que chercheur, on ne doit pas laisser passer » explique Jean-Yves Champagne.
C’est donc au CNAR, Centre National d’Appui à la Recherche à N’Djamena, que ce petit fablab est aménagé, avec en prime, une session de formation aux futurs utilisateurs.


« Les domaines d’application sont multiples et ce fablab va aider aux développement de nouveaux projets au Tchad. En lien avec une association de lutte contre le handicap, Dai a fait la démonstration sur place de la performance de ces machines en réalisant une prothèse de main en plastique. C’est une véritable alternative proposée à la pénurie de prothèses, qui sont généralement réalisées à la main » ajoute Jean-Yves Champagne.

Sans oublier les recherches en cours sur la récupération de plastique de bouteille en vue de produire du fil plastique et alimenter en matière première ces imprimantes 3D.

C’est une nouvelle pierre à l’édifice déjà solide que l’école a construit avec le Tchad. L’INSA Lyon forme régulièrement des doctorants tchadiens et d’ailleurs l’actuel directeur Général de l’INSTA y a obtenu son DEA et son Doctorat. Depuis dix ans, l’INSA participe au Master Professionnel en Electricité/Mécanique financé par Esso. L’ouverture de cette plate-forme technologique, aujourd’hui nommée Centre de fabrication numérique-Impression 3D du Consortium Tchadien des Établissements d’Enseignement Supérieur, permettra aux enseignants et aux étudiants du Tchad de vivre en temps réel la révolution technologique de l’impression 3D.

Author: